Accueil
créée le 12/12/2003    modifiée le 17/01/2019    

Fiche métier / Coiffeur

Consulter
la fiche résumée
Consulter
la fiche de poste
Consulter
la fiche entretien infirmier
Consulter
la fiche M.E.E.P
Imprimer la fiche
 et ses annexes
Imprimer la fiche Retour
Les informations contenues dans la base de données FMP le sont à titre indicatif et devront être validées par une démarche d'évaluation des risques.
Chaque utilisateur reste responsable de la mise en application (et des conséquences éventuelles) de ces données.
Chaque FMP présente une liste de dangers à priori. C'est vous qui devriez ensuite évaluer les risques, entreprise par entreprise, poste par poste.

Métiers apparentés

Coiffeur
Barbier
Coiffeurs
Coiffeurs / Coiffeur
Coiffeurs / Shampouineuse
Coloriste permanentiste
Ouvriers et techniciens des spectacles vivants et audiovisuels
Ouvriers et techniciens des spectacles vivants et audiovisuels / Coiffeur posticheur (théâtre, audiovisuel, spectacles)
Ouvriers et techniciens des spectacles vivants et audiovisuels / Perruquier (théâtre, audiovisuel, spectacles)
Perruquier posticheur
Shampouineur
Styliste visagiste

Codes

CITP2008 :  5141
CITP88 :  5141
PCS-ESE 2003 :  562b ; 637c
ROME1999 :  11132 ; 21226

Descriptif

  • Assure tout ou partie des soins esthétiques et hygiéniques du cheveu :
          - shampooing, 
          - décoloration, coloration, permanente,
          - coupe, 
          - brushing, mise en pli, séchage et coiffage.
  •  Peut assurer les soins de la barbe et des moustaches.

Caractéristiques générales de la profession

> Aspects sociologiques : 

  • 58 200 entreprises pour 116 000 salariés (incluant 22 000 apprentis) au  01.01.2003.
  • 2/3 des entreprises ont des salariés.
  • Les salons de coiffure occupent en moyenne 2 salariés.
  • Selon les données issues des statistiques DARES* sur les coiffeurs, esthéticiens, manucures ("Portraits statistiques des métiers 1982-2011", publié dans la collection synthèses stat' et disponible sur le site : travail-emploi.gouv.fr)

    " Les coiffeurs, esthéticiens ou manucures exercent généralement comme salariés ou exploitants d'un salon de coiffure ou d'un institut de beauté. Soutenus par une attention croissante portée à l'apparence et au bien-être, ces métiers sont en constante progression depuis une dizaine d'années et rassemblent 231 000 personnes sur la période 2009-2011.
    Le développement des réseaux d'enseigne a beaucoup modifié le mode d'exercice. Cependant indépendants ou franchisés, les professionnels exerçant à leur compte sont en même proportion qu'il y a près de trente ans, soit environ 40% de la profession.
    Répartis sur l'ensemble du territoire, les coiffeurs et esthéticiens sont toutefois plus présents dans le Sud de la France (Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Corse) et le sont moins en région parisienne.

    La population en emploi est particulièrement jeune, les moins de 25 ans formant un quart des effectifs en 2009-2011, tandis qu'un tiers des personnes en exercice ont plus de 40 ans.

    • Les femmes sont largement majoritaires et leur présence ne cesse de se renforcer ; elles forment aujourd'hui 88% des effectifs et 92% des moins de 30 ans.
    • La grande majorité des coiffeurs ou esthéticiens ont suivi une formation initiale en relation directe avec leur métier, souvent par la voie de l'apprentissage.
      Naguère diplôme de référence, le CAP est maintenant devancé par le brevet professionnel, par ailleurs nécessaire à l'ouverture d'un salon de coiffure. Les diplômes de niveau supérieur au baccalauréat (BTS) restent quant à eux très marginaux, y compris parmi les plus jeunes.
    • Travailler le samedi est rendu pratiquement obligatoire dans ces métiers, tandis que le temps partiel est fréquent (24% des effectifs) et dans un certain nombre de cas imposé. 9% des personnes exerçant ce métier se déclarent en sous-emploi.
    • La mobilité (embauches ou sorties d'établissement) est modérée en 2011 et les contrats de plus de six mois sont majoritaires parmi les offres d'emploi collectées par Pôle emploi. Si les départs de l'emploi sont souvent liés à la fin du contrat, les démissions sont aussi très nombreuses et représentent un quart des motifs de sortie. "

* Chiffres de la DARES (Direction de l'Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques) 2009-2011
issu du document : D. Ast. Les portraits statistiques des métiers 1982-2011 "Synthèse.Stat" décembre 2012 n°2

  • Convention collective nationale n° 3159 (J.O. du 21.12.1980).

> Formation professionnelle : 

  • En apprentissage ou en établissement scolaire.
  • CAP de coiffeur en 2 ans.
  • Mention complémentaire : coloriste permanentiste ou styliste visagiste en 1 an.
  • Brevet Professionnel : coloriste permanentiste ou styliste visagiste en 2 ans obligatoire pour diriger un salon.
  • CAP perruquier posticheur après un CAP de coiffeur.
  • Brevet de maîtrise (diplôme de la Chambre des Métiers) : permet l'enseignement de la coiffure.

 

> Evolution de carrière : 

  • L'échelle des âges montre une réorientation des coiffeuses salariées dès 25 ans, la durée moyenne d'exercice de la profession est de 8 ans.
  • Les abandons sont fréquents pour plusieurs raisons :
         - dermatoses le plus souvent au cours de l'apprentissage,
         - pénibilité posturale de la profession,
         - faible progression des salaires,
         - décalage progressif avec l'image type de la coiffeuse très jeune.
  • L'évolution de la carrière peut se faire vers l'ouverture d'un salon ou le professorat.
| Accueil |